Création d’un Living Lab Santé et Autonomie

Objectifs
L’implication des usagers comme acteurs clefs dans le processus d’innovation dans toutes les phases de développement ( étude de besoins, étude de faisabilité, tester des produits, essai clinique).

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

ISEETECH - Institut de l’Autonomie
1 Rue Pont Moreau
Metz 57036
Type de structure :
Association

Coordonnées du contact :

FAUST Pascal
Qualité : Directeur
Téléphone professionnel : 03 87 37 57 91
Courriel : [email protected]
Fax : 03 87 37 59 39

Contexte

L’origine
L’idée de ce projet :

1. Absence de structure existante travaillant sur de la collaboration ouverte.

2. Une réflexion de l’Institut de l’Autonomie vers un L.L.S.A. Des réunions ont été organisées d’une part pour alimenter la proposition organisationnelle L.L.S.A et d’autre part pour amener les porteurs de projets en santé sur les principes de co-création. En s’appuyant sur un écosystème lié à la santé ( c. pièce jointe).

3. Expérimenter la méthodologie Living Lab sur un projet Fauteuil 4.0 Développement d’une gamme de fauteuil roulants connectés s’inspirant de l’automobile connectées (cf. pièce jointe).

Opportunité :
La Région Grand est identifiée comme territoire d’expérimentation. des PME vont bénéficier d’un soutien financier pour concrétiser leurs projets d’innovation.

Le Living Lab sera positionné sur la Grand Est comme territoire pilote dans la recherche et de l’innovation (émergence et valorisation de projets, d’expérimentation).

La finalité
Que donner à la Personne Agée et/ou à la Personne handicapée pour qu’elles soient aptes à "bien vieillir" au 21ème siècle ?

Impulser la transformation de notre système de santé par de l’innovation 4.0 afin de faire face aux défis du vieillissement "personne en état de fragilité", à un handicap, des maladies chroniques et des inégalités territoriales de santé.

Le living Lab sera avant tout un laboratoire de rencontre, en plaçant l’usager/patient ou représentant des usagers au cœur du process de l’innovation :
1. Prendre part à ces évolutions aux côtés des industriels, professionnels de santé, chercheurs, … pour palier à la perte d’autonomie, ou une fonction perdue ou un handicap en rétablissant une condition.
2. Réduire les délais d’accès au marché en rapprochant tous les acteurs et permettre aux dispositifs d’être tout ou partie remboursée par la Sécurité Sociale.

Mettre en place des dispositifs innovants permettant une meilleure autonomie des personnes.

La description du projet
Les usagers cibles sont les personnes âgées vieillissantes, les personnes handicapées, les personnes souffrant de maladies chroniques …

1. Fédérer les acteurs de l’enseignement supérieur autour de la thématique de l’autonomie 4.0 afin de créer des synergies permettant les transferts de technologies et la capacité de produire collectivement.

2. Evaluer l’innovation du prototype

Prestations service :
Cotisation d’adhésion + Facturation selon un forfait

3 réunions comprenant des parties prenantes :
1. Usagers/Professionnels de santé ( besoins, avis)
2. Réunion technique (évolution du projet, CERAH)
3. Reconnaissance MDPH : dispositifs (ou produits) pour être tout ou partie remboursée par la Sécurité Sociale.

La facturation sera reversée au fond de dotations et l’entreprise peut bénéficier d’un crédit d’impôt à hauteur de 60%. Ce fond permettra de financer tout ou partie le fonctionnement du LLSA.

Les acteurs
ISEETECH et Conseil départemental de la Moselle pour l’analyse des besoins des usagers avec la participation collaboratif de la région Grand Est, Metz Métropole et CHR Metz- Thionville.

L’implication des usagers ou de leurs représentants sont placés au cœur de l’innovation en phase amont et aval du projet de recherche et de développement (initiateurs, co- concertés, co- constructeurs).

Les axes prioritaires :

  • Renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;
  • Accompagner les évolutions du système de santé, qu’elles soient organisationnelles ou liées aux innovations (bio) technologiques dans le respect des droits des usagers (e-santé, télémédecine, maisons et centres de santé, soins de santé transfrontaliers…) et par la mobilisation des outils de démocratie sanitaire notamment favorisant l’information et le débat citoyen.

La réalisation

La mise en œuvre
CERAH (Centre d’Etude et de recherche des Appareils des Handicapés

MDPH : le travail en réseau avec la MDPH EST un facteur de lisibilité et de reconnaissance de l’Institut de l’Autonomie par les acteurs du Handicap. Ce qui favorise le développement de nouveaux projets de recherche avec les acteurs de l’enseignement supérieur dans les mois et années avenirs.

Le living Lab sera mise en place conjointement :
L’ENSGSI qui a plus de 15 ans d’expérience dans ce domaine (Mme MOREL Laure) aidera à sa structuration et apportera son expérience.

Projet initié en :
2016

Projet mis en œuvre en :
2018

Comment et combien ?
Moyens humains :
Recrutement d’un chef de projet
Soutien du DR KHALIFE du CHU Metz- Thionville

Moyen matériel :
Un lieu privilégié, dans un local d’environ 90 M², Hôpital LEGOUEST.

Moyens financiers :
Cofinancement avec des partenaires financeurs :
- Région Grand Est
- Metz Métropole
- Conseil Départemental de la Moselle
- Etat
- CHU Metz- Thionville
Soit un total de 234 500 euros dont 74 500 euros sur fonds de dotations propres ISEETECH - Institut de l’Autonomie.

Partenaires autour du projet avec conventionnement :
CHU Metz- Thionville, Région, MDPH, CERAH, Etablissement supérieur (centrale Supelec …), groupe SOS, Stimul’activ, Myaphone, Hôpital LEGOUEST, Conseil départemental de la Moselle …

La communication
Article républicain Lorrain sur le projet Living Lab (pièce jointe)

Site internet ISEETECH : enrichir un site Institut de l’Autonomie (à prévoir)
Communication au salon Autonomie (oct.2016) et colloque (oct.2017)

Et après

Les résultats
Pertinence du produit ou du service grâce à la participation de l’usager et donc de répondre au plus près des besoins des usagers ;

Permet de préserver ou augmenter leur autonomie dans le cadre du maintien à domicile et le plus longtemps possible

Ce projet n’existe pas sur le Grand Est.

Transposable dans d’autres régions sur la méthodes en adaptant la liste des partenaires et sa réalisation.

Evaluation et suivi
Evaluation de l’innovation du prototype en lien avec les usagers :

1. Créer usine de démonstration, soutenir la co-construction dans toutes les phases de recherche et de développement du produit et service.

2. Tester les produits et/u solutions technologies (ajustement possible, possibilité d’abandon lors de l’essai clinique)

Les indicateurs :
- Nombre de participants (usagers ou représentant d’usagers)
- Nombre de projets collaboratifs

Il y a un comité de pilotage ( partenaires financeurs) pour le suivi des objectifs et résultats à la mise en place du Living lab.

Quelques conseils et témoignages
Conseils :
1. Bien connaître son marché
2. Etablir des partenariats forts

Message :
Démarche facilitant aux accès à l’innovation (utilisateurs, porteurs de projet)