Faire d’une volonté une réalité : la bientraitance de la personne âgée

Objectifs résumés
Les objectifs de ce projet sont de :
* mettre en lumière certaines situations à risque de "maltraitance ordinaire" lors de la prise en charge d’une personne âgée
* permettre la réflexion et la verbalisation sur la bascule entre bientraitance et maltraitance ordinaire
* montrer simultanément le point de vue du professionnel (ou de l’aidant) et celui de la personne âgée
* offrir un support très accessible d’échanges et de réflexion en équipe

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

ORAQS-97.1 SRA de Guadeloupe
C% Hôpital Ricou - Bâtimant B -1- Service CGRIN
BP 465 Route de Chauvel
Pointe-à-Pitre 97159
Type de structure :
Association et organisation professionnelle

Coordonnées du contact :

NOYON-SEYMOUR Isabelle
Qualité : Coordonnatrice de la SRA
Téléphone professionnel : 05 90 89 16 48
Courriel professionnel : [email protected]

Contexte

L’origine
Le vieillissement et la dépendance accrue des patients et des résidents est une problématique à laquelle les établissements de santé et médico-sociaux doivent faire face, dans un environnement de travail exigeant, contraint et où les conséquences du vieillissement normal ne sont pas toujours comprises.
Ces conditions sont des facteurs de risque vers une dérive de "maltraitance ordinaire", qui spolient parfois les volontés bienveillantes des professionnels ; la prise en charge de personnes âgées à domicile s’accompagne de risques similaires.

La structure régionale d’appui de Guadeloupe ORAQS-97.1 et l’union des représentants d’usagers France Assos Santé Guadeloupe, interpelés par ce douloureux sujet touchant aux droits des patients, ont co-décidé et co-construit un outil de promotion de la bientraitance active, sous la forme de courts métrages originaux.

La finalité
La finalité du projet est véritablement d’inciter au choix volontariste de la démarche de bientraitance à titre individuel et en équipe.

Les courts métrages sont remis gracieusement aux établissements de santé, EHPAD et structures de maintien des personnes âgées à domicile, sous réserve de leur engagement à les utiliser comme outil de promotion de la bientraitance active, au cours de réunions pluriprofessionnelles structurées permettant une réflexion individuelle et collective.
Il s’agit de réfléchir, à travers ces situations « du quotidien », au choix qu’il est possible d’opérer entre des dérives de « maltraitance ordinaire » ou, au contraire, une volonté partagée en équipe de bientraitance active.
les projections permettent d’échanger sur les réactions suscitées par le volet maltraitance de chaque film, de s’interroger sur les suggestions du volet « bientraitance » et d’en sortir des propositions d’actions de promotion de la bientraitance, à l’échelon de l’équipe, du service

La description du projet
5 thématiques ont été retenues par le groupe de pilotage, chacune donnant lieu à la réalisation d’un film ; il s’agit de situations de vie courantes, pouvant être gérées avec une bientraitance active ou pouvant dévier vers une maltraitance ordinaire :* La prise en compte de la parole et des choix de la personne âgée ; *L’aide au repas ; L’intimité lors des soins ; *l’accueil ;* La gestion des protections.
Pour chacune, une histoire originale a été imaginée, scénarisée et jouée par des acteurs bénévoles. Le tournage et la post-production ont été confiés à un réalisateur professionnel. Pour chaque court métrage, la mise en situation a d’abord été tournée sous l’angle de la maltraitance ordinaire , puis sous l’angle d’une bientraitance active.
Le public cible : * Les professionnels prenant en charge des personnes âgées en ES, en EHPAD ou à domicile ; * Les managers et instances des structures dont les choix et décisions impactent les conditions de prise en charge des personnes âgées

Les acteurs
Le projet a reposé sur un partenariat entre l’ORAQS-97.1 et France Assos Santé Guadeloupe, garant d’une véritable co-action professionnels / usagers. Le pilotage du projet a été assuré par un groupe mixte professionnels-usagers, réfléchissant d’emblée de manière concertée et synergique., composé de : coordonnatrice de la SRA ; président de FAS Gpe ;1 directeur EHPAD ; 3 RU ; 1 directeur structure aide à domicile ; 5 cadres ES & EHPAD ; 1. gériatre ; coordinatrice espace éthique régional

Les axes prioritaires :

  • Sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers.
  • Co-construire l’effectivité des droits des usagers en lien avec les représentants des usagers, à partir des plaintes ou réclamations (établissements, conseils généraux, ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé…) et par l’analyse systématique des motifs notamment à partir des rapports des CDU ou des CVS et la mise en œuvre de mesures d’amélioration.

La réalisation

La mise en œuvre
Les courts métrages sont remis gracieusement aux ES, EHPAD et structures de maintien des personnes âgées à domicile, sous réserve de leur engagement à les utiliser comme outil de promotion de la bientraitance active, au cours de réunions pluriprofessionnelles structurées permettant une réflexion individuelle et collective.
Il s’agit de réfléchir, à travers ces situations « du quotidien », au choix qu’il est possible d’opérer entre des dérives de « maltraitance ordinaire » ou, au contraire, une volonté partagée en équipe de bientraitance active.

Un guide d’accompagnement à la diffusion, récapitulant, pour chaque film, les situations clés mises en scène dans le versant « maltraitance ordinaire » et la gestion de la même situation sous l’abord de bientraitance active, est également remis, pour optimiser l’animation lors des projection débat.

Ainsi, les projections permettent d’échanger sur les réactions suscitées par le volet maltraitance de chaque film, de s’inter

Projet initié en :
2018

Projet mis en œuvre en :
2018

Comment et combien ?
Dépenses pour les 5 films : 19 860 €, se décomposant comme suit :
¬Réalisation : 15 000 euros
¬Guide accompagnement (conception, impression) : 960 euros
¬Collations & Repas pour les tournages : 1500 euros
¬Comédiens et figurants (défraiement "symbolique") : 2400 euros
Lieux de tournage mis à disposition gratuitement
Financeurs : ARS, Espace régional Ethique, FAS Gpe, Département

La communication
Projection débat au cours d’un séminaire organisé par la commission spécialisée "Droits des usagers" - pôle démocratie sanitaire ARS Guadeloupe lors de la semaine bleue 2018 (lancement)
A ce jour, 11 ES et 10 EHPAD ont récupéré les films en s’engageant à les utiliser selon les modalités préconisées.
Projection débat en atelier au cours des XII° Journées Qualité & Sécurité en Guadeloupe (Déc 2018)
Films disponibles en ligne sur la chaîne YouTube de l’ORAQS-97.1

Et après

Les résultats
La plus-value de ces films est d’inciter les professionnels à décider, chacun et ensemble, d’adopter une démarche de bientraitance pro-active. Ce projet est conçu pour être transposable dans toute structure prenant en charge des personnes âgées : tout établissement de santé, tout EHPAD, ainsi que le structures d’aide à domicile.
Par ailleurs, afin d’offrir aux professionnels l’opportunité d’enrichir ces réflexions du point de vue d’un usager concerné, des projections peuvent s’organiser à la demande d’un EHPAD, animées par un binôme usager /professionnel de santé tous deux membres du groupe de pilotage du projet.

Les films ont également été remis à l’institut de formation en soins infirmiers ; ils sont utilisés lors des unités d’enseignement en lien avec les thématiques et permettent un abord original de mise en lumière des risques de maltraitance ordinaire.

Evaluation et suivi
Une évaluation de l’impact de ces projections débats sur le déploiement de démarche(s) de bientraitance active dans les équipes concernées sera organisée à la fin du troisième trimestre 2019 (soit M+10) , pour une présentation régionale au cours de la semaine bleue 2019.

Quelques conseils et témoignages
Intérêt majeur du groupe de pilotage mixte, permettant une vision d’emblée large des problématiques, avec une complémentarité des approches et points de vue (professionnels ES, EHPAD, usagers, espace éthique)
Plus value de la présence d’un usager lors d’une projection débat dans un service
Il était très important de proposer un exemple de prise en charge bientraitante dans chaque film, c’est d’ailleurs une originalité de ce projet