VIE AFFECTIVE ET SEXUELLE EN EHPAD

Objectifs
1- Respecter et prendre en compte les désirs des personnes âgées dans une démarche éthique et déontologique
2-Promouvoir la démarche de prise en compte du désir chez le sujet âgé vieillissant
3-Faire de l’environnement institutionnel un lieu d’épanouissement personnel et de la vie affective
4-Démocratiser la notion de sexualité

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

EHPAD - RESIDENCE DU CHATEAU DE LOUCHE
59 RUE DU GENERAL DE GAULLE
ANNET SUR MARNE 77410
Type de structure :
Établissements médico-sociaux

Coordonnées du contact :

VARACHE ALINE
Qualité : DIRECTRICE
Téléphone professionnel : 01 60 94 97 01
Courriel : [email protected]

Contexte

L’origine
"Ma sexualité est morte, j’en ai envie".. avec pudeur Mme C nous relata son besoin physiologique ou son désir affectif, qu’elle ne peut plus assouvir.
Les notions "d’institution", de "collectif", de "collectivité", de "groupe" induisent de fait un accompagnement du "plusieurs" et plus difficilement de l’individu. Les besoins affiliés à tout être humain sont compris et adoptés tant qu’il ne s’agit pas de la notion du "désir" et de la "sexualité". Partons du basic ou l’EHPAD est un "lieu de vie", un chez soi, qui donne lieu à toute envie et toute réalisation, partons du principe ou l’EHPAD n’a pas de limite d’âge, pourquoi, existerait il une limite d’âge à la sexualité ? C’est parce que l’institution est souvent un frein au désir que nous avons ré intégré cette notion de vie affective dans l’institution et de droit individuel à SA sexualité.

La finalité
Démocratiser la notion de sexualité au sein de l’institution et permettre à chaque résident de s’épanouir sans tabou et sans jugement dans sa sexualité et sa vie affective. Une amélioration serait, au delà de ces actions, de faire évoluer les mentalités de nos équipes ; pour qu’elles puissent envisager "ces nouveaux seniors", f de faire évoluer les mentalités des équipes afin de permettre une réflexion sur les "nouveaux seniors" et donner à chacun la liberté d’exprimer sa sexualité selon sa génération, avec l’expression d’un corps sans tabou .

La description du projet
1- Respecter et prendre en compte les désirs des personnes âgées dans une démarche éthique et déontologique : liberté de recevoir son/sa compagnon (ne) - possibilité d’avoir un lit double - respecter l’intimité du sujet âgé son droit à une vie sexuelle affective- contractualiser la notion de vie affective dans le livret d ’accueil le contrat de séjour.
2-Promouvoir la démarche de prise en compte du désir chez le sujet âgé vieillissant : développer le thème de la sexualité dans le PAAP - accrocher une pancarte à l’entrée de chambre " ne pas déranger" -
3-Faire de l’environnement institutionnel un lieu d’épanouissement personnel et de la vie affective : dédiée "une chambre à coucher "pour les couples, laisser les couples se créer, respecter le plaisir du couple ou solitaire
4-Démocratiser la notion de sexualité : former/informer le personnel, informer les proches de ces actions tout en respectant le désir et l’intimité du parent. intervention associations spécialisées sur la sexualité

Les acteurs
Initialement la parole de Mme C a été relaté à Mmes Duchâtelet et Marolleau. Partant de ce constat, nous avons avec Mme Varache - directrice, réunis les équipes (psychologue, IDEC, animatrice, psychomotricienne, Medec etc..) pour les informer de cette idée, de prendre en compte la parole du résident sur ce sujet. Des observations des soignants notamment lors de nursing, des AS nuit mais aussi de la venue des compagnons (couples déjà formés à l’extérieur) et des pratiques sexuelles qu’ils ont. De ce que cela renvoie aux équipes (jugement/moqueries etc..), faire de ces préjugés une réalité et l’acceptation que ces actes puissent exister donc les démocratiser. Le sexe n’a pas d’âge. Notre slogan "vieillir sans tabou, ma sexualité à mon âge".

Les axes prioritaires :

  • Renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;
  • Sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers.

La réalisation

La mise en œuvre
Les résidents nous impliquent de manière spontanés sur ce sujet. Nous leurs avons donnés la parole sur leurs désirs, leurs besoins, leurs envies. Les équipes sont impliqués au travers de groupe de parole, d’expression de leur ressentis sur le sujet, ils sont co-constructeurs. Etant confrontés plus directement et brutalement lors de pratiques (masturbation, verbalisation de leurs désirs). Ils sont porte parole de leurs désirs.

Projet initié en :
2017

Projet mis en œuvre en :
2018

Comment et combien ?
Planning des actions mis à disposition pour le personnel. Interventions diverses sont gratuites. Le seul coût est de budgétiser en 2018 le lit double médicalisé (environ 3500.00€ TTC) + décoration de la chambre à coucher (1500.00€TTC)

La communication
En 2107, le travail s’est basé essentiellement sur des actions de préparations (formation/information/recherche de partenaires etc..).
En 2018, nous prévoyons une journée porte ouverte et une exposition de photos et parole aux résidents sur ce sujet. Mise en place de Flyer + journaliste. Réalisation d’un film ou de reportage pour promouvoir la vie affective et sexuelle, à diffuser dans l’autres EHPAD ou dans les écoles d’AS/IDE. Campagne de PUB.

Et après

Les résultats
En 2017, les actions menées et proposées ont permis pour les équipes de faire changer certaines mentalités et de prendre conscience que le sexe n’a pas d’âge. Pour les résidents, cela a permis de libérer leur parole et de respecter leur droit à l’intimité malgré l’institutionnalisation. Formalisation de ce droit, sous forme d’un article sur le livret d’accueil du résident. La plus value : Liberté/Egalité/Sexualité.

Evaluation et suivi
Nous avons démarré ce projet par une enquête auprès des résidents et des salariés. Nous avons bouclé ce projet en 2017 par ce même questionnaire. Nous pouvons constater que les résultats marquent une nette évolution des mentalités auprès des équipes, par la prise de conscience que chaque résident a sa singularité et donc son droit à une vie affective. Les résidents ont exprimés au travers de cette enquête, d’être pris en compte et de ne pas être jugés sur leur envie. Ils se sentent libres de ressentir, de verbaliser et de vivre leur sexualité et d’avoir accès à cette intimité.

Quelques conseils et témoignages
Des étapes de préparation, d’information et de formation pour le personnel est indispensable à la mise en place de ce projet. Les tabous, jugements et préjugés doivent tomber. Un travail avec les accompagnants sur le même principe est à proposer, selon les situations et surtout la parole au personnes âgées. L’expression du désir, de l’envie, de l’affectif et de leur sexualité. La considération de leur personne au travers de ces actions. La valorisation de soi par l’accomplissement de leur besoin. Le seul conseil est que l’ensemble des équipes est l’envie de leur donner l’accès à cette "envie".