Le concept GOXOKI : Préserver les droits des usagers en EHPAD.

Objectifs
Parce qu’il n’y pas de différence en terme de droits entre la vie avant l’EHPAD et la vie en EHPAD, cette méthode permet de :
-  Sensibiliser et former l’ensemble des professionnels des EHPAD aux droits des usagers.
-  Informer les usagers et leur famille.
-  Interroger les pratiques professionnelles autour de six thèmes

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

Association St Joseph Seniors-EHPAD OSTEYS
50, Chemin de Hargous
BAYONNE 64100
Type de structure :
Association

Coordonnées du contact :

LACAZE Marie-Laure
Qualité : Directeur
Téléphone professionnel : 05 59 44 71 00
Courriel : [email protected]
Fax : 05 59 44 71 74

Contexte

L’origine
Après avoir étudié depuis 2011 de nombreux concepts, méthodologie, recommandations et utilisé de nombreux supports ( Mobiqual- Humanitude- RBPP de l’ANESM), six thèmes essentiels au respect des droits de tous les résidents ont émergé au fil des années jusqu’à la naissance de la méthode GOXOKI (« être bien » en basque) :
1- Droit au DAC : Domicile Accueil Consentement
2- Droit à l’autonomie
3- Droit à vivre debout
4- Droit à être regardé et à voir
5- Droit à savoir et à s’exprimer
6- Droit au Bien-être et aux approches non médicamenteuses.
La fin de vie est traitée de façon transversale.

La finalité
Afin de permettre à chacun d’interroger ou de réinterroger les fondamentaux qui nous semblent juste indispensables pour que toutes les personnes accueillies en EHPAD vivent « normalement » d’autres diraient dignement, les six thèmes sont programmés sur deux ans (3 par an).
Les objectifs proposés par le comité de pilotage permettront de mettre en place pas à pas des actions au quotidien pour que le droit du résident devienne naturel.
Le trinôme, Directeur, Médecin coordonnateur et IDEC sont au cœur du dispositif.

La description du projet
Notre concept GOXOKI est une méthode simple qui fonctionne. Elle permet de réviser les fondamentaux et de programmer des actions personnalisables selon les besoins des résidents, des professionnels et des établissements.
Ainsi chaque EHPAD peut s’approprier le concept. Il suffit de mettre en place :
-  Un comité de pilotage
-  Un calendrier prévisionnel sur 2 ans (3 thèmes par an)
-  3 réunions d’une heure par an avec un Power point en appui
La réunion se décompose en trois temps : Evaluation du thème précédent- Présentation du nouveau thème avec révision des fondamentaux- Proposition d’objectifs à mettre en place.

Les acteurs
Le directeur, l’idec et la psychologue sont à l’initiative du projet.
Le concept est expérimenté depuis six ans.
Il a été présenté à d’autres EHPAD
Il est validé par le Conseil de la Vie Sociale

Les axes prioritaires :

  • Renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;
  • Sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers.

La réalisation

La mise en œuvre
La mise en œuvre est managée par un comité de pilotage de 12 personnes composé d’une partie fixe et d’une partie variable :

La partie fixe (5 acteurs : Directeur-Médecin co-Idec-Psychologue-Psychomotricienne) manage, évalue et fait le lien avec les actions déjà déployées par le comité précédent. Selon le thème, le rappel des fondamentaux sera dispensé par une personne ressource (psychologue, psychomotricienne, médecin).

La partie variable renouvelée tous les deux ans sur appel à candidature (1 usager, 1 famille et 5 salariés : AS-ASH-IDE-Autres,) participe à la révision des fondamentaux, échange sur l’état des lieux, travaille sur les moyens et les actions à mettre en place pour atteindre les objectifs fixés.
Le comité de pilotage sert de relais à l’ensemble du personnel.
En fonction des objectifs posés, les actions peuvent être de plusieurs ordres : révision de procédures ou de documents, Intervention de partenaires, amélioration architecturale, achat de matériel.

Projet initié en :
2011

Projet mis en œuvre en :
2012

Comment et combien ?
La méthode est efficace et transposable à d’autres EHPAD mais ne nécessite pas moyen financier spécifique si ce n’est le coût de quelques heures de travail et de la mise en œuvre de la communication.

La communication
La méthode a été présentée aux six EHPAD de l’association.

Et après

Les résultats
La plus-value apportée par la méthode est tellement évidente en terme de prise de conscience de l’ensemble du personnel vis à vis des droits de nos résidents même si rien n’est pleinement acquis et qu’il faut toujours réinterroger, ce que l’on fait tous les deux, les avancées telle la roue de Deming sont perceptibles et mesurables.

Evaluation et suivi
EVALUATIONS :
Pour l’évaluation de chaque action décidée par l’ensemble du comité, le comité fixe détermine :
-  Des indicateurs précis, observables et quantifiables (EX : nombres de chaussures antichute prescrites , nombre de personnel ayant participé à une formation, nombre de chambre disposant d’un verre en chambre, existence d’une procédure… )
-  Des enquêtes internes par sondage ( EX : enquête anonyme sur l’usage du patronyme par les soignants)
-  Des recensements (personnes étant sous protection de majeur…)
Les résultats des évaluations indiquent si les objectifs ont été atteints.
A la fin des deux ans, le copil présente son évaluation générale et mesure son avancée par rapport au comité précédent.

Quelques conseils et témoignages
Les sujets sont tellement nombreux que l’on a parfois de partir dans tous les sens. Cette méthode nous oblige à réviser trois thèmes par an et à avancer sur de petites actions concrètes.
Les évaluations nous rassurent sur nos avancées.