Intégration des usagers dans l’enseignement en santé en Occitanie

Objectifs
Titre complet : Intégration des représentants d’usagers, patients, et patients experts dans l’enseignement en santé en formation initiale et continue en Occitanie

Objectif général : Développer l’approche centrée sur le patient dans l’enseignement en santé et contribuer à l’effectivité des droits des usagers

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

CHU de Toulouse, Université Toulouse 3, Institut Toulousain de Simulation
Virginie Gardette CHU Toulouse, Direction Qualité Sécurité Relations Usagers
Hotel Dieu Saint Jacques, 2 rue Viguerie
Toulouse 31000
Type de structure :
Établissements de santé

Coordonnées du contact :

Dr Gardette Virginie
Qualité : MCU PH
Téléphone professionnel : 05 61 77 70 81
Courriel : [email protected]

Contexte

L’origine
A la faculté de médecine de Toulouse Purpan, le format de plusieurs unités d’enseignement a évolué dont celui de la relation soignant/soigné. Outre des enseignements à distance sous la forme de SPOCs (Small Private Online Course), elles prévoient une approche réflexive et un enseignement pratique réalisé à l’Institut Toulousain de simulation en santé (ItSims) à travers des mises en situation avec des patients- simulés avec un volet spécifique relatif aux outils de communication et de reformulation et un accent fort mis sur les droits des usagers (information, écoute, décision partagée). L’evaluation porte sur les compétences cliniques (savoir-être relationnel, examen clinique, annonce diagnostique …), par mises en situation avec patients-standardisés reproduisant le comportement et les attitudes du patient.
Notre objectif est d’enrichir ces nouvelles approches en intégrant les savoirs expérientiels des patients et développant un partenariat usager/enseignants dans l’enseignement.

La finalité
La finalité est la mise en place d’un partenariat avec les usagers pour élaborer le matériel d’enseignement (intervention dans le choix et à la rédaction des situations cliniques) et pour participer à l’évaluation des compétences des apprenants (savoir être, aspects relationnels et communication en santé).
Les objectifs spécifiques sont nombreux :
-  Renforcer l’intégration des attentes des patients en termes de qualité de l’information transmise, de communication et d’aspects relationnels
-  Faire comprendre l’intérêt des savoirs expérientiels des patients et développer cette approche
-  Développer l’acquisition de compétences non techniques (relationnelles) et le savoir etre des apprenants, notamment en termes de communication
-  Développer les pratiques partenariales de type décision partagée
-  Renforcer les pratiques professionnelles favorisant l’empowerment
-  Engager une équipe enseignante dans une démarche de responsabilité sociale de leur UFR

La description du projet
Ce projet est destiné aux apprenants et in fine à leurs patients (qu’il s’agisse des consultants, des patients atteints de maladie chronique et de leurs aidants…)
Actions envisagées :
-  Intervention dans la conception de messages pédagogiques dans la relation soignant-soigné réalisés
o Dans l’enseignement à distance de type Small Private Online Course (SPOC)
o Lors de la rédaction des mises en situation en simulation
-  Participation aux séances de formation en simulation, soit comme patients simulés avec feedback aux apprenants, soit comme formateur intervenant lors du debriefing
-  Construction de l’évaluation des apprenants concernant le savoir être, les aspects relationnels et la communication en santé, par la fonction d’évaluateur des mises en situation

Les acteurs
Une équipe pédagogique d’enseignants hospitalo-universitaires est à l’origine de l’initiation du projet (Université de Toulouse, Institut Toulousain de Simulation, CHU de Toulouse).
La Commissions des usagers, l’association ‘Savoirs patients’ et des représentants d’associations conventionnées du CHU de Toulouse participent au projet.
Le niveau d’implication recherché est le plus haut degré de partenariat possible :
-  Co-conception de messages pédagogiques dans la relation soignant-soigné réalisés par enseignement à distance de lors des mises en situation en simulation
-  Participation aux séances de formation en simulation comme patients simulés avec feedback aux apprenants ou comme formateur intervenant lors du debriefing
-  Co-construction de l’évaluation des apprenants concernant le savoir être, les aspects relationnels et la communication, par la fonction d’évaluateur des mises en situation proposées en simulation.
Toute autre initiative émanant des usagers sera favorisée.

Les axes prioritaires :

  • Sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers.
  • Faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CDU, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé… ).
  • Co-construire l’effectivité des droits des usagers en lien avec les représentants des usagers, à partir des plaintes ou réclamations (établissements, conseils généraux, ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé…) et par l’analyse systématique des motifs notamment à partir des rapports des CDU ou des CVS et la mise en œuvre de mesures d’amélioration.

La réalisation

La mise en œuvre
Partenaires :
-  Représentants d’usagers CDU, et associations du CHU Toulouse,
- Savoirs Patients (https://www.savoirspatients.org)
-  Enseignants hospitalo-universitaires de l’Université Paul Sabatier Toulouse III, UFR Médecine Purpan et Rangueil
-  Institut Toulousain de Simulation
-  Direction Qualité Sécurité Relation Usagers CHU de Toulouse (Les plaintes et réclamations seront notamment exploitées pour alimenter la base des cas cliniques)

Le niveau d’implication des usagers recherché est le plus élevé possible (cf § ’Acteurs’).

Une formation préalable des usagers intéressés par cette initiative est prévue, notamment pour travailler différentes compétences :
-  Compétences aux fonctions de patient simulé/standardisé
o Reproductibilité
o Compétences relationnelles à mobiliser au cours d’un feedback debriefing en simulation
-  Compétences aux fonctions d’évaluation
o Compétences relationnelles (bienveillance, comportement éthique et respectueux)
o Compétences pédagogiques

Projet initié en :
2017

Projet mis en œuvre en :
2018

Comment et combien ?
Le fonctionnement repose avant tout sur des moyens humains. A ce jour le dispositif fonctionne sur la base de la disponibilité et du bénévolat des patients et usagers avec les difficultés que cela implique.

La communication
Deux communications orales ont été réalisées autour du projet alors en gestation (cf PJ) :
-  Innovations pour l’enseignement de la relation médecin-patient aux étudiants en médecine : du SPOC aux patients simulés Communication orale aux journées européennes du droit des patients, Hotel de Région, 26 avril 2017
-  Se former à la relation médecin-patient : apprendre à devenir partenaires. Usagers/étudiants : un nouveau partenariat à inventer. Communication orale durant la semaine sécurité des patients, ARS Occitanie 21 novembre 2017
Lorsque le projet aura fait l’objet d’une première itération complète, en 2018, nous prévoyons de communiquer dans différents types de média (journal du CHU, réseaux sociaux, communiqué de
presse) et de communiquer dans la communauté scientifique (pédagogie en santé, sciences de l’éducation).

Et après

Les résultats
Outre les objectifs exposés plus haut, plusieurs points forts sont à souligner :
-  Potentiel de diffusion /essaimage à diverses autres formations et publics d’apprenants en santé : internes, étudiants en maïeutique, étudiants paramédicaux, formation continue
-  Dimension régionale puisque l’Itsims est mis à disposition du territoire, sans restriction : les professionnels d’autres établissements de la région, mais aussi libéraux (ville, cliniques) ou d’établissements médico-sociaux pourront bénéficier de ce dispositif
-  Potentiel de travail autour de problématiques de coordination, à travers la recherche d’un axe de travail partenarial élargi à l’interprofessionnalité
La généralisation de cette déclinaison du partenariat est faisable sans difficulté matérielle de transposition puisqu’il n’existe que peu de contraintes matérielles. Les conditions préalables d’un partenariat et la volonté politique d’aller vers ce partenariat restent les principaux leviers à la réalisation de ce projet.

Evaluation et suivi
Une évaluation est prévue, pour cette première année, essentiellement centrée sur des indicateurs de structure et de satisfaction :
-  Nombre de personnes (usagers, patients, bénévoles) ayant souhaité participer au dispositif
-  Nombre de personnes (usagers, patients, bénévoles) formées au ‘patient standardisé’
-  Nombre de personnes (usagers, patients, bénévoles) ayant participé aux ECOS en février 2018
-  Nombre de cas cliniques rédigés en co-construction
-  Evaluation de la satisfaction des apprenants
-  Evaluation de la satisfaction des patients enseignants
A terme, d’autres indicateurs pourraient être évalués, notamment d’efficacité et de performance. Nous prévoyons une évaluation de l’impact de ces nouveaux modes d’enseignement sur la relation médecin-patient à travers une collaboration avec une équipe de chercheurs en sciences humaines à la rentrée universitaire 2018-2019.

Quelques conseils et témoignages
L’intégration des usagers à l’enseignement est un levier extrêmement puissant de la démocratie sanitaire, mais aussi de la qualité et la sécurité des soins. Elle permet de poser les bases de ce partenariat des l’apprentissage initial et tout au long de la vie professionnelle pour assurer l’adéquation des réponses des professionnels aux attentes des usagers.
Initier les étudiants très tôt en formation initiale au partenariat qui va les lier aux patients, aux avantages et limites de ce partenariat, va leur permettre de développer une réflexion personnelle et collective intégrée à la vie de l’institution dans laquelle ils se forment. Cette modalité de fonctionnement ainsi assimilée sera reproduite dans leurs pratiques futures.