Journée droits des patients animée par un soignant + représentant d’usagers

Objectifs résumés
Améliorer le niveau de connaissance des patients et professionnels sur les droits des patients

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

Korian Rougemont
41 avenue Bartholdi
Le Mans 72000
Type de structure :
Établissements de santé

Coordonnées du contact :

Despres Paul
Qualité : Responsable Qualité
Téléphone professionnel : 02 43 77 55 05
Courriel professionnel : [email protected]

Contexte

L’origine
En 2017, l’établissement a fait le constat que le niveau de connaissance des patients sur la thématique des droits des patients était insuffisant et que l’information sur les droits des patients disponible dans le livret d’accueil était trop peu consultée. Face à ce constat, la CDU a décidé de conduire une action spécifique lors de la semaine sécurité patient 2017 qui aurait pour particularité d’associer l’infirmière référente « droits des patients » et les représentants des usagers. Un atelier de 20min basé sur 3 thématiques (Personne de confiance, directives anticipées, confidentialité) a été réalisé sur une journée.
En 2018, la CDU a décidé de réitérer cette action mais en apportant un objectif supplémentaire ; améliorer la connaissance des professionnels sur la thématique des droits des patients.

La finalité
L’objectif est d’accroître la connaissance de la population sur ses droits en cas d’hospitalisation. Afin de l’atteindre, il nous semble évident de cibler toutes les populations évoluant dans le secteur médical en apportant le même niveau d’information. L’association d’un représentant des usagers et d’une infirmière est une des composantes essentielle de la réussite de ce projet puisque la complémentarité du discours a été remarquée et saluée par tous les participants en 2017.
Les professionnels et les patients étant amenés à changer régulièrement, la CDU a validé la réalisation d’une journée « Droits des patients » par an pour maintenir la connaissance des personnes à un niveau suffisant.
Un second objectif est d’inciter les patients à devenir acteur de leur santé. Actuellement, certains patients manquent d’implication dans la définition de leur projet thérapeutique. A travers ce projet et d’autres ateliers, nous souhaitons replacer le patient au centre de sa prise en charge.

La description du projet
Le projet se présente sous la forme d’une journée décomposée en atelier de 20 minutes de 10h à 16h accessibles à tous les patients et professionnels de la structure.
Lors d’un atelier, un support de présentation sur les droits des patients (Personne de confiance, directives anticipées) est diffusé et présenté par le binôme Représentant des usagers - IDE référente. Ce projet se déroule sous la forme d’une présentation interactive et chaque participant est incité à évoquer son expérience pour illustrer les propos des animateurs. Les représentants des usagers, intervenant dans plusieurs établissements en Sarthe, alimentent également le débat avec des exemples concrets. D’autres support (Vidéos, Bande dessinée) peuvent être utilisés en fonction des groupes. Un support papier synthétique est également remis à chaque participant. La présentation et les échanges durent chacun environ 10 minutes.

Les acteurs
Le projet est une action issue du programme d’action de la CDU et est porté par 2 acteurs majeurs : les représentants des usagers et l’infirmière référente droits des patients. Les représentants des usagers sont très impliqués dans les instances de notre structure (COPIL, CDU, CLIN, CLAN) et assurent une permanence mensuelle afin de répondre aux questionnements des patients. L’infirmière référente droits des patients est impliquée dans tous les projets en lien avec les droits des patients depuis 3 ans et bénéficie d’un jour détaché par mois pour assurer ces missions.
Le projet s’appuie également sur les compétences des membres de la CDU pour fonctionner. La logistique est assurée par le responsable Qualité et la responsable des soins. La communication est faite par l’ensemble du personnel (personnel soignant, paramédicaux, équipe de cuisine, équipe administrative) et le transport est réalisé par les ASH et AS.

Les axes prioritaires :

  • Sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers.
  • Faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CDU, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé… ).
  • Co-construire l’effectivité des droits des usagers en lien avec les représentants des usagers, à partir des plaintes ou réclamations (établissements, conseils généraux, ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé…) et par l’analyse systématique des motifs notamment à partir des rapports des CDU ou des CVS et la mise en œuvre de mesures d’amélioration.
  • Accompagner les évolutions du système de santé, qu’elles soient organisationnelles ou liées aux innovations (bio) technologiques dans le respect des droits des usagers (e-santé, télémédecine, maisons et centres de santé, soins de santé transfrontaliers…) et par la mobilisation des outils de démocratie sanitaire notamment favorisant l’information et le débat citoyen.

La réalisation

La mise en œuvre
1- Élaboration et validation du contenu
La commission des usagers se réunit chaque trimestre. Lors de la CDU au mois de juin, les thématiques à aborder lors de la journée des droits des patients sont discutées et validées entre les membres. Entre le mois de juin et septembre, les supports de présentation et de communication sont travaillés par l’IDE référente pour être ensuite validés à la CDU du mois de septembre. Les modalités d’organisation sont également revues lors de cette instance.
2-réalisation de la journée
Le jour des ateliers, tous les professionnels ont une mission d’information sur l’existence du stand et une mission d’orientation des patients vers la salle ou se déroule la sensibilisation. L’ASH qui assure le transport des patients de leur chambre vers la salle de kinésithérapie a un rôle très important dans l’orientation des patients.
Vers 14h, le binôme de formateur monte dans les étages afin de réaliser une sensibilisation pendant les transmissions soignantes.

Projet initié en :
2017

Projet mis en œuvre en :
2017

Comment et combien ?
Moyens techniques : Mise à disposition d’une salle de réunion pendant un jour, Utilisation d’un PC portable et d’un vidéoprojecteur, diffusion de plaquette synthétique sur les droits des patients
Moyens humains : 1 IDE a été nommé « référente droits des patients

La communication
La communication sur cet atelier est réalisée la semaine précédant la journée. Une note d’information est transmise à chaque patient quelques jours avant afin d’impliquer le plus possible les patients. Lors de la permanence des représentants d’usagers, une communication est faite aux patients rencontrés.
Apres la journée, un débriefing est réalisé en CDU avec le binôme de formateur et présenté aux membres lors de l’instance de décembre. La valorisation du projet est uniquement réalisée en interne à l’heure actuelle.
Un affichage du bilan des sensibilisations et des évaluations est réalisé dans la structure.

Et après

Les résultats
En 2018, plus de 60 personnes (34 professionnels et 30 patients) ont pu échanger lors de la journée.

Evaluation et suivi
Une évaluation du niveau de connaissance des patients est réalisée avant et après la sensibilisation. Cette évaluation, qui comporte 3 questions, a permis de mettre en évidence l’efficacité de la sensibilisation.

Quelques conseils et témoignages
La réussite de ce projet réside dans le partenariat soignant - représentant d’usagers car cela met en confiance les personnes formées. L’utilisation de différents supports en fonction des groupes permet également de s’adapter aux besoins des apprenants.