Hôpital de jour Personnes en Situation de Handicap

Objectifs
• Permettre aux Personnes en Situation de Handicap (P.S.H.) d’avoir, comme tout citoyen, les mêmes droits d’accès à une santé de qualité ;
• Accueillir ces patients dans un cadre privilégié avec du matériel adapté et une équipe formée à la prise en charge des personnes en situation de handicap ;
• Inclure les aidants et les professionnels accompagnant les P.S.H. dans le parcours de soins ;
• Eviter les hospitalisations inutiles ;
• Assurer un suivi médical préventif.

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

Clinique Bonneveine
89.bd du sablier
Marseille 13008
Type de structure :
Établissements de santé

Coordonnées du contact :

LEVI Claire
Qualité : Chargé de mission à la Direction
Téléphone professionnel : 04 96 14 13 83
Courriel : [email protected]
Fax : 04 96 14 14 00

Contexte

L’origine
Depuis sa création en 1927, la Clinique de Bonneveine a pour vocation d’offrir un accès aux soins pour tous. Etablissement ESPIC, celui-ci est géré depuis 2012 par l’Association pour la Promotion d’un Accès pour Tous à une offre de Soins (APATS Marseille) du groupe DOCGESTIO.
De ce fait, la clinique s’engage depuis plusieurs années dans la démarche pour l’accès aux soins de qualité des personnes en situation de handicap notamment avec :
-  Le partenariat HandiDent (2009) ;
-  L’adhésion à Parcours Sud (2011) ;
-  Le partenariat avec HandiSanté (2014) ;
-  La participation au projet sur le vieillissement des personnes en situation de handicap de l’ARS (2016) ;
-  L’élection d’un représentant de l’APF (Association des Paralysés de France) en tant que président de la CDU (Commission Des Usagers) de l’établissement.
Depuis de trop nombreuses années, les PSH font face à une prise en charge incomplète de la part des établissements de santé.

La finalité
Les objectifs de ce projet sont multiples :
o offrir aux personnes en situation de handicap une prise en charge adaptée à leur besoins et de qualité avec du personnel formé et qualifié,
o limiter le recours aux hospitalisations inutiles
o intégrer les aidants naturels et les professionnels dans le parcours de soins des personnes en situation de handicap qu’ils accompagnent
o permettre aux P.S.H. d’entretenir leur santé dans un cadre qui leur est spécifiquement adapté
Les améliorations :
Concernant les patients et leurs aidants, nous attendons qu’il y ait une diminution du nombre d’hospitalisations inutiles, un meilleur état de santé des PSH fréquentant la clinique et l’instauration d’une réelle confiance des patients et de leurs aidants vis-à-vis de la clinique.
Concernant les professionnels, la clinique souhaite qu’ils soient formés à la prise en charge des PSH.

La description du projet
Les actions envisagées :
o formation des professionnels de santé (à l’utilisation du gaz MEOPA notamment)
o mobilisation du plateau technique et des spécialistes de la Clinique
o partenariats avec les établissements sociaux et médico-sociaux qui accueillent des PSH avec une mise en place fiche de liaison pour la continuité des soins
o regroupement des examens sur une seule journée
o intégration des aidants dans la mise en place de la journée
Ce projet est destiné aux P.S.H. et à leurs aidants.

Les acteurs
La Direction de la Clinique de Bonneveine a initié ce projet.
Un groupe de travail pluridisciplinaire a été mis en place composé de la Direction, d’un médecin coordonnateur, de la cadre de santé, d’une responsable infirmière et une secrétaire référente.
L’établissement a souhaité intégré dans la Commission des Usagers (CDU) de l’établissement des représentants d’usagers issus du milieu du Handicap. Sont membres à part entière au sein de la CDU depuis 20113, un représentant de l’APF et un représentant de l’U.N.A.P.E.I.
La Clinique de Bonneveine a pour objectif que les usagers et/ou leurs représentants soient impliqués. En effet, la journée est organisée en fonction des besoins des patients, en lien avec les médecins des structures concernées et/ou les médecins traitants. Ces besoins peuvent être exprimés par le patient lui-même, son représentant ou le médecin de la structure/médecin traitant.
Tout au long de la journée, l’aidant est présent pendant les différents soins et/ou examens

Les axes prioritaires :

  • Renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;
  • Faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CDU, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé… ).

La réalisation

La mise en œuvre
Les partenaires de ce projet sont les établissements médico-sociaux qui accueillent les personnes en situation de handicap et les médecins traitants. Les médecins et les structures font la demande d’un hôpital de jour auprès du secrétariat via une fiche de liaison spécifique. Ensuite, ils élaborent en collaboration avec le médecin coordonnateur le plan de la journée en fonction des besoins médicaux du patient, qu’ils soient curatifs ou préventifs.
Les partenaires sont donc concertés et co-construisent la journée en fonction des besoins du patient.
Quant aux usagers et leurs représentants des usagers au sein de la CDU de l’établissement ont été informés puis concertés pour mieux connaître les besoins.

Projet initié en :
2014

Projet mis en œuvre en :
2015

Comment et combien ?
L’hôpital de jour a lieu un jeudi sur deux au sein de nos locaux, dans un service dédié se composant d’une infirmerie, d’une tisannerie et de plusieurs chambres prévues à cet effet. Les patients arrivent dès 8h30 avec leurs accompagnants pour leur journée préétablie. Tout au long de cette journée, les patients vont avoir différentes consultations et/ou examens sur le plateau technique de la clinique, en fonction de leurs besoins.
Afin de mettre en place l’hôpital de jour, la clinique a recruté un médecin coordonateur. Nous avons également mobilisé une infirmière, une infirmière coordinatrice et une secrétaire, qui étaient déjà des salariées de l’établissement.
Au niveau financier, la clinique n’a pas fait appel à des partenaires extérieurs.

La communication
Une communication a été réalisée autour de l’hôpital de jour personnes en situation de handicap. Il y a eu une campagne de mailing externe à l’établissement (structures médico-sociales, médecins généralistes et spécialistes) et interne ; puis un envoi de plaquettes de présentation.
Une présentation du projet à l’attention des représentants d’usagers, des médecins et des partenaires de l’établissement lors de la « soirée annuelle de l’établissement » :
• en 2014, 2015 et 2017
L’ensemble des salariés de l’établissement ont également ont été informé par le biais du journal interne « Entrenews », distribué tous les trimestres.

Au niveau externe, un article a été posté sur le site et le facebook de la clinique.
Enfin, la Clinique a été primée au trophée de l’innovation de la FEHAP en Novembre 2017. L’établissement a réalisé une communication interne et une communication externe au travers d’une campagne de mailing qui comprenait notamment une vidéo tournée à l’occasion de ce trophée.

Et après

Les résultats
Plus-value : Il s’agit de la construction d’un parcours et d’un projet de soins personnalisé dans un cadre adapté. Cet hôpital de jour permet la programmation d’un bilan de santé complet avec des examens effectués sur place avec du personnel formé et dédié à cette prise en charge. Il y a une participation de l’aidant durant cette journée.
Perspectives de généralisation, modélisation ou transposition : La création de cet hôpital de jour peut être transposé dans d’autres structures et peut être applicable à tout type d’HDJ.
Au sein de la clinique, nous avons créée un HDJ personnes âgées et une réflexion est en cours pour créer un HDJ neurologie.
Afin de faciliter la généralisation/transposition/modélisation de l’hôpital de jour personnes en situation de handicap, il est important de :
o Créer un groupe de travail pluridisciplinaire ;
o Motiver et former les équipes (soignantes et administratives) ;
o Impliquer les différentes structures partenaires ainsi que les familles

Evaluation et suivi
Une évaluation est en cours via un questionnaire de satisfaction distribué à la sortie aux aidants ainsi qu’aux P.S.H.. Le document comprend une évaluation de l’accueil, du séjour, de la prise en charge de la douleur, de la prestation hôtelière, de la sortie, et une synthèse du séjour.
Certains ajustements ont permis de mieux organiser la prise en charge en aval de l’hôpital en concertation entre l’établissement et les structures ou familles. Ce qui a permis d’augmenter le nombre de patients pris en charge au sien de l’hôpital de jour

Quelques conseils et témoignages
Créer un HDJ pour personnes en situation de handicap est un projet qui demande beaucoup de patience et de persévérance vis-à-vis des patients, de leurs familles, des structures médico-sociales et des médecins.
Il faut arriver à porter, insuffler ce projet aux équipes car c’est une prise en charge spécifique.
En ce sens, les équipes doivent être motivées, impliquées et formées à la prise en charge du handicap.
Il faut aussi savoir prendre le temps et s’adapter car chaque patient, chaque prise en charge est différente.
Enfin, il est important de bien communiquer tant avec les structures médico-sociales que les patients et leurs familles afin d’offrir une prise en charge optimisée.
Notre établissement est une clinique à taille humaine, proche de ses équipes. De par cette proximité et cet objectif commun d’offrir des soins de qualité pour tous, nous avons pu créer l’HDJ personnes en situation de handicap.