La chambre de la bientraitance

Objectifs résumés
Mise en situation du personnel dans une chambre « témoin » dans laquelle des erreurs en lien avec la maltraitance, le confort et l’installation du patient ont été reconstituées ; ceci dans un objectif de sensibilisation du personnel sur leurs actes au quotidien pouvant dévier sur de la maltraitance.

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

CLINIQUE SAINT ANTOINE
7, avenue Durante
NICE 06004
Type de structure :
Établissements de santé

Coordonnées du contact :

SCHANG Ludivine
Qualité : Directrice
Téléphone professionnel : 04 93 16 76 09
Courriel professionnel : [email protected]

Contexte

L’origine
Le risque de maltraitance est inhérent à toute activité en établissement de santé. L’identification de ce risque a été réalisé au travers des enquêtes de satisfaction patients et au travers un groupe de travail « Droit des patients » réalisés avec le personnel et les représentants des usagers au cours duquel ce projet a été proposé.

La finalité
Le projet de cette chambre a pour but de sensibiliser le personnel aux actes de maltraitance.
Nous espérons une meilleure vigilance et un questionnement de la part du personnel aux situations de maltraitance pouvant survenir au quotidien lors de leurs tâches.

La description du projet
Les actions envisagées sont la mise en place d’une chambre « témoin » dite de la bientraitance avec reconstitution de situations de maltraitance, un formulaire de réponse et une diffusion des résultats au personnel via une lettre qualité.
Ce projet est destiné à tout le personnel de l’établissement.

Les acteurs
La responsable qualité, les représentants des usagers, la surveillante générale et le personnel présent au groupe de travail sont à l’initiative de ce projet. Ceux sont eux également qui participent à sa mise en œuvre. Les représentants des usagers jouent le rôle des patients dans la mise en situation.

Les axes prioritaires :

  • Axe 7 : Autre

La réalisation

La mise en œuvre
Les actions envisagées sont :
-  La mise en place d’une chambre de la bientraitance : annuelle
-  Débriefing avec le personnel des erreurs après chaque mise en situation par les représentants des usagers
-  La diffusion des résultats au personnel : à chaque mise en situation

Projet initié en :
2016

Projet mis en œuvre en :
2017

Comment et combien ?
Ce projet nécessite la privatisation d’une chambre de l’établissement.
Ce projet n’a pas de coûts financiers supplémentaires excepté le temps de travail du personnel sur ce projet.

La communication
Ce projet a été communiqué en interne au moyen d’une note d’information au personnel et les résultats ont été diffusés à tout le personnel au moyen d’une lettre qualité diffusée dans les bulletins de salaire.
Les résultats ont également étaient diffusés sur SARA, la plateforme du compte qualité de la HAS.

Et après

Les résultats
Le personnel est sensibilisé aux actes et situations de maltraitance, ce qui améliore la qualité de prise en charge des patients.
Ce projet est facilement reproductible dans tout établissement de santé.

Evaluation et suivi
Une évaluation a été faite au travers des résultats des questionnaires.
Les réponses ont été recueillies et traitées par la responsable qualité qui a réalisé un taux de conformité par fonction donnant lieu à un indicateur interne.
Cet indicateur sera suivi annuellement.

Quelques conseils et témoignages
Témoignage : Le projet a permis de sensibiliser le personnel et a mis en évidence dans plusieurs établissements que des erreurs sont souvent commises/omises .
Conseils
- veiller à ce que tout le personnel soit sensibilisé aussi bien ASH, AS et IDE
- débriefing des erreurs avec le personnel 48h après et non immédiatement après (risque de transmission des réponses d’un groupe à l’autre)
- Voir pour mise en place 2 fois/an