Roman photo

Objectifs résumés
Favoriser la visibilité des personnes Transgenre
Promouvoir les droits des personnes concernées par la trans-identité
Sensibiliser les personnels de santé à l’accueil de ce public
Participer au développement de la capacité d’agir de ce public et au développement des compétences psychosociales

Le porteur de projet

Coordonnées de la structure :

Autres Regards
3 rue de bône
Marseille 13005
Type de structure :
Association d’usagers

Coordonnées du contact :

Jayet Florian
Qualité : Éducateur spécialisé
Téléphone professionnel : 04 91 42 42 90
Courriel professionnel : [email protected]
Courriel fonctionnel (différent du courriel professionnel) : [email protected]

Contexte

L’origine
ESTIM ( Espace Solidaire Trans Identitaire Marseillais) est un groupe de parole composé de personnes Transgenres se réunissant dans le cadre de l’association Autres Regards. Ces réunions ont pour but le partage d’expériences concernant le parcours trans identitaire et la création d’une solidarité inter et intra communautaire. Les personnes ont évoquées des situation de trans phobie qu’elles ont vécues dans les espaces publics et particulièrement dans les institutions de santé. De ce constat est né le besoin de sortir de l’entre soi communautaire afin de donner de la visibilité aux personnes transgenre, de sensibiliser les personnels de santé à l’accueil d’un tel public

La finalité
La finalité est double : exposer et s’exposer dans sa trans identité en utilisant un outil pour "raconter" les problématiques transgenres. ( changement de prénom, d’Etat civil, violences institutionnelles etc…) de façon ludique.
Cet outil prend la forme d’un roman photo.
Ce projet devrait permettre de désamorcer les relations professionnels entre personnes transgenres et le public visé par cet outil. Ex : Pour ce premier volet, le but est d’améliorer la rencontre entre personnel de santé et public transgenre accueilli.
Il permet de donner à ces personnes un pouvoir d’agir sur leurs parcours et rompre l’isolement. Il permet de développer un sentiment de reconnaissance par les pairs et par le grand public

La description du projet
L’idée du groupe est celle de se rendre plus visible sur l’espace public et de sensibiliser les personnels de santé à l’accueil de ces personnes. Dans un premier temps, nous avons crée un partenariat avec l’association Urban Prod à Marseille afin de produire le roman photo. Par la suite, ce travail a été exposé dans le cadre de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes qui a eu lieu le 25 Novembre 2018. Aujourd’hui nous souhaitons exposer ce travail de façon itinérante et toucher le grand public, mais aussi le transposer sous la forme d’un livret à diffuser aux étudiants en médecine, infirmier, etc..Ceci permettra aux personnes participante d’organiser une intervention dans ces lieux pour promouvoir le projet.

Les acteurs
Le groupe ESTIM est à l’initiative de ce projet et s’est mis en lien avec l’association UrbanProd afin de produire cet outil. Les personnes du groupe sont décideurs et sont pleinement actives dans l’élaboration et la construction de cet outil. Urban Prod et l’association Autres Regards ont eu un rôle de support organisationnel, financier, technique et sont force de proposition.

Les axes prioritaires :

  • Renforcer et préserver l’accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d’autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;
  • Sensibiliser les professionnels de santé au moyen d’actions de formation aux droits des usagers.
  • Promouvoir un mode de résolution des litiges comme la médiation en santé dans les structures de soins, médico-sociales et à domicile en mobilisant, entre autre, les médiateurs tels que les médiateurs médicaux, les médiateurs non-médicaux, les personnes qualifiées…
  • Faire converger les droits des usagers des structures de soins, sociales et médico-sociales, notamment au travers de la participation des représentants des usagers et des usagers (CDU, CVS) et de la mise en place de dispositifs expérimentaux adaptés aux parcours (organisation territoriale pour l’exercice des droits, impliquant les établissements, les conseils généraux, les ordres et organisations professionnels, les agences régionales de santé, les conseils territoriaux de santé… ).
  • Accompagner les évolutions du système de santé, qu’elles soient organisationnelles ou liées aux innovations (bio) technologiques dans le respect des droits des usagers (e-santé, télémédecine, maisons et centres de santé, soins de santé transfrontaliers…) et par la mobilisation des outils de démocratie sanitaire notamment favorisant l’information et le débat citoyen.

La réalisation

La mise en œuvre
Pour chaque problématique retenu, le projet se structure en plusieurs phases.
1. La phase de recherche, sous la forme d’un atelier de travail et de réflexion( choix du thème, du scénario, de l’esthétisme)
2. La phase de prise de vu réalisé par les participants
3. La phase de post production ( création du roman photo)
4. La phase de création du livret, mise en place d’un atelier d’écriture, support du matériel visuel.
5. La phase de communication. Mise en place d’une exposition itinérante, prise de contact avec les partenaires afin d’organiser des interventions pour présenter la problématique étudiée et l’outil produit.

Projet initié en :
2018

Projet mis en œuvre en :
2018

Comment et combien ?
L’idée général du projet est de développer la capacité d’autonomie de ce public afin qu’il elle puisse trouver leurs propres ressources
Moyens Humains : Détachement d’un éducateur de l’association et possibilité d’intervention partenariale pour accompagner les différentes phases du projet
Moyen matériel : local mis à disposition de l’association Autres Regards/ Matériel photographique prêté par les membres du groupe.
Moyen financiers :
Pour l’exposition : L’impression des planches photographique aura coûte 200 euros. Cette somme a été prise en charge par les subventions de ’association Urban Prod

La communication
Diffusion du livret dans les écoles de santé, hôpitaux etc..Le groupe souhaite souhaite faire des interventions extérieures.
Diffusion d’un format pdf sur internet via les réseaux sociaux partenariaux
Création d’une exposition itinérante.

Et après

Les résultats
Participer à l’amélioration de la représentions médiatique des personnes concernées par la Trans identité. Ce projet a pour but d’apporter une représentation valorisante
Participer à une meilleure connaissance et acceptation par le grand public
Le modèle de communication horizontale au sein du groupe qui ne possède pas de figure hiérarchique, permet aux participant.es d’améliorer les compétences de collaboration et de coopération. Ce travail permet de renforcer leurs compétences dans la communication verbale et non verbal. En effet chacun.e est autorisé à exprimer ses émotions, ce qui implique une nécessité d’écoute de l’autre.
Ce travail permet une réflexion et une analyse critique quant à la place assignée par la société à l’égard de ce public. Le travail de groupe peut entamer un processus de déconstruction de ces representations
Le projet sera transposable par rapport aux différents publics concernés par cet outil. À destination du corps médical, des parents etc…

Evaluation et suivi
Évaluation quotidienne : à chaque début d’atelier, un temps est pris afin d’analyser les mouvements qui ont eu lieu lors de l’atelier précédent, un temps est consacré à la verbalisation des attentes.
Évaluation au terme de l’exposition : Une réunion est mise en place après l’exposition du travail afin de réajuster pour les prochaines fois et verbaliser sur les points forts et faiblesses du projet actuel.
Une évaluation générale est à prévoir à la fin de la dernière phase du projet.
Il est plus difficile de mesurer l’impact de ce projet sur les relations entre les personnes trans genre et les personnels de santé en revanche, il est possible de mesurer l’impact que cela à eu sur les personnes participantes. Seront’elle en capacité de reprendre poliment les personnels de santé lorsqu’elles sont victime de transphobie ? Seron’elles en capacité de s’affirmer ?. Seront-elles en capacité d’expliquer à un public cis genre ce qu’est la transidentité ?

Quelques conseils et témoignages
La présence d’un régulateur, ici incarné par l’éducateur qui fait “« office »” de tiers dans le groupe est fondamentale afin de mieux permettre l’échange et le partage des expériences.
Analyser les problématiques transgenres nécessite une mise à distance de ces problématiques et une contextualisation du phénomène. Ce public est souvent prisonnier de sa situation personnelle et la distance nécessaire peut parfois prendre du temps. Il est dont fondamental de prendre en compte leur propre temporalité
Ce groupe est constitué de personnes ayant des parcours différents. Ils/ elles n’ont pas toujours le même rapport à l’écrit et à l’oral. L’éducateur doit pouvoir être en capacité d’accompagner ces mouvements et permettre à la personne de ne pas se sentir dévalorisée.