Les antibiotiques sauvent des vies

Depuis des décennies, les antibiotiques ont permis de soigner des infections bactériennes et de sauver la vie de millions de personnes. Les antibiotiques ne sont pas efficaces contre les infections dues à des virus, comme la grippe par exemple.

JPEG - 39.1 ko

Qu’est-ce qu’un antibiotique ?

En 1928, Alexander Fleming a découvert l’action « antibiotique » d’un champignon appelé le Penicillium. Cette découverte, qui a donné naissance au premier antibiotique, « la pénicilline », a révolutionné la médecine en diminuant très largement le nombre de décès par infections bactériennes très courantes à l’époque pré-antibiotique.

Aujourd’hui, il existe plusieurs classes d’antibiotiques mais très peu de nouvelles molécules ont été mises sur le marché dans les trois dernières décennies. Aucun nouvel antibiotique avec un nouveau mécanisme d’action n’a été développé depuis 20 ans.
Les antibiotiques sont des médicaments d’origine naturelle, semi-synthétiques ou de synthèse. Ils sont efficaces uniquement contre les bactéries. Ils agissent en les tuant ou en empêchant leur multiplication. Ils peuvent être classés en deux catégories :
- les antibiotiques dits à large spectre, qui éliminent une grande variété de bactéries,
- les antibiotiques à spectre étroit, qui détruisent un groupe ou un type spécifique de bactéries.

Les antibiotiques, à quoi servent-ils ?

Depuis des décennies, les antibiotiques ont permis de soigner des infections bactériennes et de sauver la vie de millions de personnes. Elles ont permis de réduire considérablement la mortalité par maladies infectieuses, comme la pneumonie ou la tuberculose. Première cause de mortalité en 1940, ces maladies ne sont aujourd’hui responsables que de 2 % des décès en France.

Les infections virales (rhino-pharyngite, bronchite aiguë, grippe, rhume…) et les infections bactériennes (tuberculose, cystite, pneumonie…) présentent des symptômes souvent similaires (fièvre, toux, troubles digestifs, courbatures) mais elles ne doivent pas être traitées de la même manière.

Les antibiotiques ne sont pas actifs contre les virus. A titre d’exemple, ils n’ont pas d’effet sur le rhume, sur la grippe et dans 75 à 90 % des cas d’angine chez l’adulte ou dans 60 à 75 % chez l’enfant car celles-ci ne sont pas d’origine bactérienne. Ils ne permettent pas au patient de guérir plus vite ni de se protéger des infections virales transmises par d’autres personnes.

En cas de maladies virales courantes, la guérison survient naturellement en 1 à 2 semaines, sans antibiotiques. En effet, le système immunitaire de la personne malade est le plus souvent capable de combattre, de lui-même, les virus fréquents durant l’hiver. En cas de persistance ou d’aggravation des symptômes, il est toutefois nécessaire de consulter à nouveau son médecin.

Seul un médecin pourra faire le bon diagnostic et décider si son patient a effectivement besoin d’un traitement antibiotique et déterminer lequel est le plus pertinent.