Piles bouton : prévention des risques d’ingestion par les jeunes enfants

De nombreux objets du quotidien contiennent des piles plates de petite taille, appelées piles bouton. L’ingestion de ces piles représente un danger grave pouvant être mortel.
Ces accidents touchent majoritairement les enfants de moins de 6 ans. Des gestes simples permettent d’éviter ce type d’accident, et certains réflexes sont à adopter en cas d’ingestion, même supposée, d’une pile bouton.

L’usage des piles bouton dans les objets du quotidien est en pleine expansion depuis une quinzaine d’années. Dès lors, le nombre de cas d’ingestion de piles boutons par de jeunes enfants a considérablement augmenté avec des conséquences parfois dramatiques : 6 décès (dont 5 jeunes enfants) ont été observés tandis que 51 personnes ont présenté de graves complications sur la période 1999-2018.

L’ingestion d’une pile bouton : pourquoi est-ce grave ?

L’ingestion d’une pile bouton est une vraie urgence pouvant être à l’origine :
- d’un étouffement, comme avec tous les petits objets chez l’enfant,
- d’autres complications très graves parfois mortelles, apparaissant dans un délai parfois très court (moins de 2 heures), telles que brûlure et perforation œsophagienne, hémorragie brutale et imprévisible, perforation des voies respiratoires.

Les soins mis en œuvre en cas d’ingestion peuvent être lourds et des séquelles peuvent subsister.

Quels sont les produits contenant des piles bouton ?

Les accidents enregistrés par les centres antipoison (4500 appels sur la période 1999-2018) sont majoritairement liés à des objets contenant des piles, à des piles dans un emballage ou à des piles hors emballage, laissés à la portée des enfants.
Les objets mis en cause sont variés : jouets, appareils auditifs, télécommandes, montres, veilleuses, lampes, lasers, porte-clefs, thermomètres, balances électroniques, stylos, réveils, boitiers électroniques, boitiers détecteur incendie, calculatrices, lecteurs de glycémie…

Il est important de savoir qu’une pile bouton même déchargée reste dangereuse en cas d’ingestion. Elle peut provoquer le même type de lésions que lorsqu’elle est chargée.

Comment prévenir les risques d’ingestion de piles bouton ?

Une vigilance permanente des parents et de toute personne en charge de la garde d’enfants est nécessaire, pour les jouets comme pour les autres objets du quotidien contenant des piles bouton.

Il est possible d’éviter ce risque en :
- conservant les piles bouton hors de portée des enfants, qu’elles soient encore emballées ou usagées
- privilégiant l’achat de produits dont le compartiment à piles est sécurisé et ne peut pas être ouvert par des enfants.

Que faire en cas d’ingestion ou de suspicion d’ingestion d’une pile bouton ?

L’ingestion d’une pile bouton par un jeune enfant ne se remarque pas forcément.

Des premiers symptômes tels que de la fièvre, de la toux, des vomissements ou des difficultés pour avaler la salive, peuvent éventuellement apparaître après l’ingestion d’une pile bouton. Toutefois, ces premiers symptômes peuvent également être absents, ce qui pourrait laisser supposer, à tort, que ce n’est pas grave.

Ainsi, en cas d’ingestion ou de suspicion d’ingestion, il est impératif, sans attendre que des symptômes apparaissent, de :
- contacter immédiatement un centre antipoison ou le SAMU ;
- indiquer explicitement à son interlocuteur qu’il s’agit peut-être de l’ingestion d’une pile bouton ;
- ne donner ni à boire ni à manger à son enfant après l’ingestion d’une pile bouton ;
- ne pas provoquer des vomissements ;
- être en mesure de montrer l’emballage ou l’appareil contenant les piles afin d’aider le médecin à identifier le type et la taille de la pile, cela facilitera la prise en charge.

Afin de prévenir les risques liés à l’ingestion de piles bouton, le ministère en charge de la santé et le ministère en charge de l’économie ont engagé une action conjointe afin :
- d’alerter la population générale, les professionnels de santé et les professionnels de la petite enfance sur le risque d’ingestion de piles bouton via la diffusion d’une infographie ;
- de travailler avec les fédérations industrielles dans l’objectif d’obtenir des engagements volontaires de leur part quant au renforcement de la sécurisation de leurs produits et de l’information des consommateurs.