Cartes de présence du moustique tigre (Aedes albopictus) en France métropolitaine

La lutte contre le moustique tigre fait partie intégrante de la lutte antivectorielle (LAV). Le moustique Aedes albopictus (communément appelé "moustique tigre") est un moustique originaire d’Asie. Il est le vecteur de maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le zika. En métropole, ce moustique s’est développé rapidement depuis 2004 et est désormais implanté dans 51 départements.
Plus récemment, un autre type de moustique, très répandu, le Culex pipiens, a transmis un autre type de virus, le virus du Nil occidental (ou West Nile Virus)

Ces cartes officielles de présence du moustique tigre en France métropolitaine sont destinées à l’information des décideurs et du grand public. Elles sont actualisées régulièrement.

Cartes par niveau de diffusion

Le moustique tigre est essentiellement urbain. Son caractère anthropophile (qui aime les lieux habités par l’homme) explique qu’une fois installé dans une commune ou un département, il est pratiquement impossible de s’en débarrasser : les départements dans lesquels le moustique tigre est implanté et actif, c’est à dire durablement installé et se multipliant sont classés au niveau 1 du plan national anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika. A ce jour, aucun département classé au niveau 1 n’est redescendu aux niveaux 0a ou 0b, comme le montrent les cartes ci-dessous. Le niveau d’implantation du moustique tigre est déterminé par les experts des opérateurs publics de démoustication (OPD).

*Paris et la petite couronne sont en niveau 1

Diffusion d’Aedes albopictus (moustique tigre) au fil du temps

- Le fichier ci-dessous est constitué d’un ensemble de cartes montrant les départements de niveau albopictus 1 pour chaque année depuis 2004.

pdf Extension du moustique Aedes albopictus en France métropolitaine de 2004 à (...) Téléchargement (929.5 ko)

- La carte suivante indique la date où chaque département a été colonisé par le moustique de façon durable (classement de niveau 1)

- Le premier des deux graphes ci-dessous, montre l’évolution du nombre de départements passant en niveau 1 selon l’année, le second en montre le cumul :

En 2018, 51 départements sont classées au niveau 1 (sur les 96 départements métropolitains)

Population exposée

- La carte ci-dessous, montre la population exposée des départements de niveau 1 (estimation - INSEE) :

- La carte ci-dessous, montre la proportion exposée des communes où Ae. Albopictus est présent (population de référence : estimation - INSEE/ population exposée : taille du cercle. Numéro du département à l’intérieur).

→ Commentaire sur les deux cartes ci-dessus

  • La deuxième carte (ci-dessus) montre le % de communes colonisées dans leur département. Traduire cette donnée en terme d’exposition au moustique tigre suppose que la population reste fixe, ce qui en minimise l’exposition car les habitants d’une commune se déplacent régulièrement dans leur département…
    => La population des communes où le vecteur de la maladie est présent égale 16 millions d’habitants ; c’est, pour la raison décrite, un minimum.
  • La population des départements classés au niveau 1 (première carte), tient par nature compte des déplacements à l’intérieur d’un même département. Ainsi, une personne peut se faire piquer en allant faire ses courses dans une autre commune du département où elle réside…) La population totale exposée est ainsi surestimée car dans certains départements classés 1, il arrive que les communes touchées soient peu nombreuses (p. ex : 7% en Côte-d’Or ; 97% dans les Bouches-du-Rhône)
    => La population exposée calculée par cette méthode est de plus de 37 millions d’habitants et est, à l’inverse de la première estimation, surestimée.

Les moyens de lutte contre le moustique tigre (Aedes albopictus)

Divers organismes spécialisés œuvrent à la lutte contre le moustique tigre : ce sont les "opérateurs publics de démoustication" ou OPD.
Lorsque les départements sont classés de niveau 1, les Conseils départementaux (CD) ou les OPD qu’ils désignent réalisent la lutte antivectorielle. Dans les autres départements (niveaux 0a et 0b), les OPD interviennent pour le compte de l’Etat à travers une convention.

- Les cartes ci-dessous montrent le territoire d’intervention des divers OPD, selon le niveau de diffusion d’A. albopictus.

Légendes :
BVHR = Brigade Verte du Haut-Rhin
CD (Nom du département) = Conseil départemental (Nom du département)
EID-Atl = Etablissement Interdépartemental pour la Démoustication du littoral Atlantique
EID-Med = Entente Interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen
EIRAD = Entente Interdépartementale Rhône-Alpes pour la Démoustication
SLM67 = Syndicat Mixte de Lutte contre les Moustiques du Bas-Rhin




Le cas particulier des cas autochtones

Les premiers cas de contamination autochtones en métropole sont apparus en 2010.

Les cas autochtones proviennent de cas importés : le moustique portant le virus pique un sujet séjournant hors de France métropolitaine avant son retour en métropole.

La transmission se fait ensuite toujours par un moustique : un moustique "sain" piquant une personne contaminée devient porteur du virus et peut le transmettre à une personne saine n’ayant pas séjourné hors de la métropole - c’est un cas autochtone – qui peut ainsi être contaminant s’il est piqué à son tour… Et ainsi de suite.

Le cycle peut se poursuivre et c’est le rôle de tous les acteurs de LAV d’employer les moyens nécessaires pour prévenir tout départ de foyers susceptibles d’évoluer en épisodes épidémiques.

- Le tableau ci-dessous, comptabilise le nombre de cas autochtones survenus en France métropolitaine par année et par type de virus transmis :