Qualité de l’air intérieur

Nous passons la plus grande partie de notre temps dans un espace clos, c’est pourquoi il faut être attentif à la qualité de l’air à l’intérieur des bâtiments. Outre les polluants apportés par l’extérieur, de nombreuses substances peuvent être émises à l’intérieur des locaux, notamment par les matériaux de construction, d’ameublement et de décoration, les colles, les appareils à combustion, les animaux et les diverses activités humaines (tabagisme, activités de cuisine, d’entretien et de bricolage, bureautique, etc.). Ces polluants peuvent avoir des effets sanitaires divers tels que : asthme, allergies respiratoires, irritation du nez et des voies respiratoires, et certaines substances peuvent avoir un effet cancérigène.

Actualités

Une surveillance de la qualité de l’air intérieur est désormais obligatoire dans certains établissements recevant du public :
-  à compter du 1er janvier 2018 : dans les lieux d’accueil des enfants de moins de 6 ans (crèches, écoles maternelles…) et écoles primaires ;
-  à compter du 1er janvier 2020 : dans les collèges, lycées et accueils de loisirs

Pour accompagner la mise en œuvre de cette surveillance, notamment dans les établissements nouvellement concernés, il est mis à la disposition des différents acteurs (propriétaire ou exploitant de l’établissement, etc.), une nouvelle version du guide pratique Pour une meilleure qualité de l’air dans les lieux accueillant des enfants et adolescents.

→ Pour en savoir plus, consulter l’article Surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public.

Agir pour améliorer la qualité de l’air intérieur

Il est possible d’agir pour améliorer la qualité de l’air intérieur, notamment en choisissant des matériaux émettant moins de substances polluantes, en améliorant les conditions d’aération des locaux et en ayant des comportements adaptés dans son logement (entretien des appareils à combustion, tabagisme, usages de produits d’entretien…).

L’usager est informé de l’émission des produits de construction et de décoration du fait de l’étiquetage mis en place.

L’ensemble de ces actions ont notamment été impulsées par la mise en œuvre du 2ème Plan national santé environnement (PNSE2) et sont poursuivies dans le PNSE 3 (2015-2019), le plan d’actions sur la qualité de l’air intérieur y étant intégré. Un 4ème Plan national santé environnement est en cours d’élaboration et portera la qualité de l’air intérieur comme thème prioritaire emblématique, au vu des attentes sociétales concernant cet enjeu.

→ Pour en savoir plus, consulter l’article « Comment agir pour améliorer la qualité de l’air intérieur »

Documents de référence

pdf Plan d’action Qualité de l’air intérieur (octobre 2013) Téléchargement (160.8 ko)

Direction générale de la Santé
Sous-direction Prévention des risques liés à l’environnement et à l’alimentation
Bureau Environnement intérieur, milieux de travail et accidents de la vie courante